Hotel Alfonso XIII, un hôtel Luxury Collection, Séville
San Fernando 2 · Séville41004 · Espagne 
· Téléphone:
(+34) 954 917 000
· Fax:
(+34) 954 917 099

Heure locale:
20:41
· Météo:
Quelques nuages,
36 °C / 97 °F
· Contactez-nous

Centres d'intérêts

Sorties
Sorties
Musées, Monuments
Musées, Monuments

En savoir plus sur Séville

Séville, à la croisée de différentes civilisations, est célèbre pour son esprit universel marqué et son caractère traditionnel et festif. Il serait impossible d’énumérer toutes les merveilles de cette ville dont les principaux monuments ont été classés au Patrimoine mondial de L’UNESCO en 1987.
 

CATHÉDRALE ET GIRALDA

Les dimensions de cette cathédrale gothique en font l’un des plus grands temples de la foi chrétienne, uniquement surpassé par la cathédrale Saint-Paul de Londres et la basilique Saint-Pierre du Vatican, qui sont des constructions plus récentes. La cathédrale est construite sur les ruines de l’ancienne Grande Mosquée, dont elle conserve le patio des ablutions (aujourd’hui devenu le Patio des Orangers), la Porte du Pardon et le minaret. Ce dernier est connu sous le nom de Giralda (girouette) depuis l’ajout au XVIe siècle d’une statue tournant sur son socle au gré des vents. La mosquée fut convertie en temple chrétien en 1248, après la conquête de la ville par le roi Ferdinand III de Castille. Ses différentes étapes de construction s’étendirent sur les périodes gothiques, de la Renaissance, baroque et néoclassique. La cathédrale comporte cinq façades. L’entrée la plus couramment utilisée est celle de la Plaza de la Virgen de los Reyes. Avec ses cinq nefs (la principale mesurant 36 mètres de haut) et son plan au sol rectangulaire, elle mesure 116 mètres de long et 76 mètres de large. Son point le plus haut se trouve au croisement des nefs et atteint 40 mètres. Le retable principal est le plus grand du monde et a été réalisé en plusieurs étapes. La pièce principale est une construction de la Renaissance datant de la seconde moitié du XVIe siècle. La plus grande sacristie, de style plateresque, héberge de véritables joyaux de l’orfèvrerie tels que l’ostensoir en argent de Juan de Arfe et de somptueuses sculptures telles que Le Christ de la clémence de Juan Martinez Montañéz. Le chœur et la chapelle royale enrichiront par la suite l’héritage de ce temple, de son vrai nom Santa Maria de la Sede, qui abrite également le tombeau de Christophe Colomb.
 

PALAIS DE L’ALCAZAR

Pierre Ier le Cruel reconstruisit l’ancien palais almohade pour en faire une résidence royale. Au fil du temps, il subit de sérieuses dégradations et dut être restauré sous le règne d’Isabelle II. L’intérieur du bâtiment s’agence autour de deux cours : la Cour des Demoiselles (Patio de Las Doncellas), siège de la vie officielle, et la Cour des Poupées (Patio de las Muñecas), siège de la vie privée. Le Salon des Ambassadeurs (Salón de Embajadores) est superbement décoré avec des ouvrages en plâtre et mosaïques. L’accès à l’étage supérieur se fait par une cage d’escalier du XVIe siècle, recouverte d’un plafond à caisson et ornée de tableaux de Roelas et Madrazo, minutieusement disposés pour mettre en relief le mobilier et les tapis des différentes pièces. À la beauté du complexe s’ajoute celle de l’espace de halte (Apeadero) et des jardins, où se trouvent la Fontaine de Mercure (Fuente de Mercurio) et la Galerie des Grotesques (Galería de Grutescos).

 
MUSÉE DES BEAUX ARTS

Il s’agit du deuxième musée d’art public le plus important d’Espagne. Situé dans l’ancien couvent de la Merced, il était à l’origine une galerie de portraits, fondée en 1835, et s’ouvrit au public en 1841 avec des œuvres provenant de monastères et d’églises ayant fermé leurs portes.
Il héberge des tableaux espagnols uniques de renommée internationale, notamment : les peintures de la Vierge Immaculée de Bartholomé Esteban Murillo, les travaux du célèbre peintre de la cour, Diego de Velázquez, ceux de Francisco de Zurbarán et les impressionnants clairs-obscurs de Valdés Leal. Le musée possède également une collection d’œuvres datant de la période allant du XIIe au XVe siècle et des mouvements baroque et romantique (XVIIe et XIXe siècle), ainsi qu’une sélection de sculptures d’artistes tels que Martínez Montañés. Sont également exposées les œuvres de certains artistes de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, tels que Gustavo Bacarisas, Alfonso Grosso et Gonzalo de Bilbao.
 

PLACE D’ESPAGNE ET PLACE D’AMÉRIQUE

La place d’Espagne est l’édifice principal du complexe urbain et artistique créé pour l’Exposition ibéro-américaine de Séville au début du XXe siècle (initialement prévue pour 1914, elle eut lieu en 1929). Conçue sur un plan semi-circulaire de 20 mètres de diamètre, bordée d’un lac artificiel et surplombée de deux tours dotées de tous les éléments architecturaux, il s’agit du plus important projet du célèbre architecte contemporain Aníbal González. Cette place est notamment connue pour ses murs recouverts de céramique peinte à la main représentant des monuments historiques de toutes les villes d’Espagne.
La place d’Amérique se trouve dans le parc romantique de María Luisa et est entourée de trois palais également construits pour l’exposition. Le premier, de style néogothique, était durant l’exposition le Pavillon Royal. Le deuxième, de style mudéjar, héberge le Musée d’arts et de coutumes populaires et servit également de décor à plusieurs films tels que Lawrence d’Arabie. Le troisième palais, de la Renaissance, est le siège du Musée archéologique, qui comporte de nombreuses mosaïques et sculptures des ruines d’Italica, berceau des empereurs Trajan et Hadrien.

 
MAISON DE PILATE

Ce palais sévillan est connu pour être le point de départ du vía crucis (chemin de croix) établi par le Marquis de Tarifa à son retour de Jérusalem en 1519. Sa construction débuta à la fin du XVe siècle. D’origine mauresque, il comporte également des éléments gothiques et plateresques. Sa façade de la Renaissance est couronnée d’une crête gothique. La cour principale comporte à la fois des décorations de style mudéjar et plateresque, ainsi qu’une importante collection de statues antiques et romaines d’Italica. Dans la salle du Descanso de los Jueces (repos des juges), un superbe hall voûté présente des éléments à la fois gothiques et mudéjar ainsi que des peintures de Francisco Pacheco datant de 1603.


QUARTIER DE SANTA CRUZ

Le quartier de Santa Cruz est l’ancien quartier juif (judería) datant de la Séville mauresque. Situé à proximité des principaux monuments, il est l’un des éléments distinctifs de la ville. Ses allées et ruelles étroites s’entrelacent en une sorte de labyrinthe formant une protection contre le soleil inclément de l’été sévillan. Réparties sur tout le quartier se trouvent la Plaza de Santa Cruz, la Plaza de los Venerables, la Plaza de las Cruces, la Plaza de Doña Elvira, et la Plaza de los Refinadores.

 
TOUR DE L’OR

La Tour de l’Or ou Torre del Oro, s’élève en bordure du Guadalquivir, à seulement quelques mètres de notre hôtel. Cette tour dodécagonale fut construite par la dynastie des Almohades dans le but de contrôler l’accès à Séville par le fleuve Guadalquivir.

Bâtie durant le premier tiers du XIIIe siècle, la tour fut d’abord utilisée comme prison pendant le Moyen-âge puis comme un endroit sûr pour entreposer l’or rapporté des Indes, d’où son nom.